Forum de la guilde Esnariel fédérée sur Djaul
 
AccueilFAQMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire du clan Kherua et genèse d'Esnariel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yawn
Admin
avatar

Messages : 86
Points : 2591
Date d'inscription : 02/07/2010
Age : 24
Localisation : Lyon

Feuille de personnage
Cercle:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Histoire du clan Kherua et genèse d'Esnariel   Lun 4 Aoû - 3:39

~ Les années d'or ~

Il y a des décennies de cela,les aventuriers parcouraient le monde des douze à la recherche de trésors tandis que les familles d'aristocrates s'affrontaient encore et toujours dans de sanglantes et interminables luttes pour le pouvoir.
En ces temps de paix apparente, les grandes familles de guerriers durent se trouver une nouvelle vocation. Nombre d'entre elles, fortes de la renommée acquise durant les batailles, se firent une place, à n'en pas douter plus méritée que de nombreuses autres, parmi l'aristocratie, en venant désormais à mener leurs guerres sur la scène politique plutôt que sur les verdoyantes plaines Amaknéennes. D'autres, ne pouvant renoncer à l'or et aux batailles, décidèrent de vendre leurs services et leur force aux aventuriers, fondant ainsi les premiers clans mercenaires.
Encouragées par ce commerce florissant et attirées par des profits toujours plus conséquents, des clans mercenaires décidèrent de proposer aux nantis des moyens « alternatifs » de résoudre leurs conflits politiques en échange de bourses bien rebondies d'espèces sonnantes et trébuchantes, faisant de la mort un commerce comme un autre.
La famille Kherua, qui vivait repliée sur elle-même dans une sorte d'autarcie, ne put rester longtemps à l'écart du monde qui l'entourait, et se vit bientôt obligée de prendre position dans toute cette effervescence qui marquait l'âge d'or du mercenariat.
Réputés pour leur sens de l'honneur des plus rigide, la famille Kherua ne put envisager un seul instant de s'avilir au point de devenir des meurtriers au service des plus riches. C'est pourquoi les Kheruas décidèrent de monter leur propre clan mercenaire, régi par de strictes lois. Dans leur idéalisme exacerbé, ils souhaitèrent proposer leurs service à des aventuriers et des gens du peuple, mettant de ce fait les ressources de leur famille en danger.
Des décennies durant, le clan Kherua acquit une certaine notoriété auprès de la population qui se détourna bientôt des autres clans aux tarifs exorbitants pour se tourner vers les mercenaires Kheruas qui, depuis leur domaine à flanc de montagne, faisaient résonner l'écho de leurs exploits jusqu'à la mer Kantil bien plus à l'ouest.
Les Kheruas en ce temps de providence, purent renflouer partiellement l'argent dépensé à leur débuts, parvenant à préserver leur éthique sans faire faillite pour autant. Forts de leur notoriété croissante, le clan se vit accueillir des recrues qui se présentaient, toujours plus nombreuses et plus motivées, aux portes du domaine.

De leur côté, les autres clans qui auparavant regardaient les Kheruas avec mépris et condescendance durent se rendre à l'évidence : ils devenaient une menace pour eux. Proposant une concurrence qu'ils jugeaient déloyale, ce clan de parvenus proposait des tarifs si bas que de plus en plus de leurs clients se tournaient vers eux. Ils regardèrent d'un œil malveillant les Kheruas se frayer un chemin dans leur commerce, sans pour autant agir pour y remédier, car que leur importait de plaire aux pauvres quand les grands de ce monde leur mangeaient dans la main ?








~ Les années sombres ~

Mais avec l'arrivée au pouvoir du grand roi Allister, la donne changea bien vite. Les luttes de pouvoir s'essoufflèrent rapidement, découragées par ce nouveau monarque, et les demandes de contrats d'assassinats se firent plus rares, obligeant de nombreux clans à diversifier soudain leurs activités et, comble de l'horreur pour eux,à revenir dans une légalité malheureusement bien moins rentable.
C'est alors seulement, dans ce revers de fortune, que ces nombreux clans prirent conscience du danger que représentaient les Kheruas pour leurs affaires. Il organisèrent sur le champ un conseil réunissant les plus avides et les plus puissants des clans, afin de trouver une solution à leur nouvel ennemi commun.
Bien évidemment pour eux, la solution la plus simple étaient également la plus radicale. Au cours de ce sombre conclave, ils scellèrent le sort du clan Kherua, en unissant leurs fonds pour s'offrir les services du plus brutal des clans existant, le clan Nürdel, afin de massacrer les Kheruas et leurs disciples jusqu'au dernier.

Muras, était une brute épaisse, mais il était loin d'être idiot. Au contraire, son caractère retors et vicieux lui avait valu sa place de chef du clan des Nürdels alors qu'il entrait tout juste dans sa vingt-troisième année. Lorsque les autres clans lui firent part de leur demande, il n'hésita que peu de temps. On lui demandait un massacre, en échange de plus d'or que son clan n'en gagnait en l'espace de deux années. Il y vit aussi une opportunité unique pour les siens d'acquérir une importante renommée. Il accepta sans hésitation.

Des mois durant, les Nürdels, profitant de l'hospitalité que proposaient les Kheruas, envoyèrent des espions dans leurs murs afin de prendre connaissance de leurs défenses, d'observer et de coucher sur le papier les moindres faits et gestes de leur cible.
Rendus trop peu méfiants par des années de paix et de cohabitation sommaire avec les autres clans, les Kheruas ne pressentirent pas le danger qui les guettaient, persuadés d’œuvrer pour le plus grand nombre sans entraver les autres clans qui ne leur avaient jamais accordé la moindre once d' attention.
L'hiver approchant, les mercenaires Kheruas étaient tous rentrés au domaine afin d'y passer les quelques mois de froid mordant qui les séparaient du printemps et de la reprise de leurs activités.
C'est un jour de novammaire, conscient de ce regroupement hivernal du clan, que Muras décida de lancer son assaut à la faveur de la nuit², se servant de ses espions infiltrés pour tuer les gardes et ouvrir la porte à la légion d'assassins qui campaient cachés dans les montagnes proches.
Lorsque le feu d'alerte de la tour ouest du domaine illumina la nuit, les assassins envahirent le domaine, telle une vague silencieuse et meurtrière. En cette sombre nuit, guerriers, femmes et enfants périrent dans leur sommeil. Ceux qui parvinrent à en réchapper périrent dans les flammes qui embrasèrent bientôt le domaine. Les moins chanceux quant à eux, finirent asphyxiés par la fumée, suffoquant sous les effluves nauséabondes de la chair brûlée qu'elle charriait.
Et c'est ainsi que s'éteint le clan Kherua.







~ Le temps de la vengeance ~

Le domaine ainsi dévasté fut laissé a l'abandon et la nature reprit bien vite ses droits. Des cendres naquirent de grandes fougères et les murs calcinés se couvrirent de mousse et de lierre si bien que les ruines semblèrent s'être intégrées à la montagne.
La deuxième année qui suivit le massacre, pour la première fois depuis de longs mois, un voyageur s'aventura parmi les débris du castel Kherua et la végétation luxuriante. Un observateur attentif aurait sans doute saisi rapidement la nature de ce visiteur étrange, mais nul n'était là pour observer les instants de souffrance de cet homme. Il erra plusieurs heures, plusieurs jours au sein des décombres, perdant la notion du temps, les yeux hagards, rougis par les larmes versées, de profondes cernes creusant son visage émacié.
Le sixième jour , l'individu se releva après être resté prostré plusieurs heures devant le semblant de sépulture qu'il avait lui-même construite. Une lueur nouvelle brillait au fond de ses yeux qui avaient pris une lueur d'acier. Il rassembla prestement ses affaires et s'en fut vers le nord.

Quatre années passèrent ainsi sans que le vagabond ne reparaisse. Quatre années durant lesquelles le clan Nürdel s'enrichit grassement, profitant de la lutte nouvelle qui sévissait entre les clans qui s'étaient autrefois alliés pour signer la fin des Kheruas, pour multiplier les contrats d'assassinats.

Des années plus tard, alors que le mois de Janidor de l'an 636 touchait à sa fin, l'étrange vagabond refit surface, écumant les tavernes, non en quête d'oubli ou de réconfort comme nombre de manants qui fréquentaient ces établissements, mais en quête d'informations.
Et d'informations bien précises.

Le vagabond resta en ville plusieurs mois, travaillant tantôt comme berger, tantôt comme ouvrier juste assez pour vivre et continuer ses recherches en s'intégrant à la population.
L'hiver arrivant, une vague de morts mystérieuses toucha le clan Nürdel. En l'espace de quelques semaines, plusieurs des membres les plus importants de la guilde furent retrouvés morts dans leur lits. Rien ne semblait prouver que leur mort ne fut pas accidentelle, si ce n'est leur étrange rapprochement temporel.
Membre après membre, le clan s'éteint peu à peu jusqu'à ce qu'il ne resta plus que Muras et sa garde personnelle, retranché dans ses appartements. Si les plus naïfs croyaient à une sorte de malédiction, lui savait. Il avait toujours su au fond de lui que ce jour viendrait où il devrait payer pour les nombreux crimes qu'il avait perpétrés. Il n'avait pas peur de mourir, c’était un guerrier, mais s'éteindre dans un lit n'était pas son ambition, il avait toujours rêvé de s'éteindre l'arme au poing sur le champ de bataille, et il comptait bien survivre assez longtemps pour voir ce jour arriver.

Mais la vie, ou plus probablement son adversaire, ne lui en laissa pas le loisir. Et c'est ainsi qu'un matin de novamaire, on vit se balançant au bout d'une corde attachée à la fenêtre de la plus haute tour de son domaine, Muras nu, défiguré et le corps lacéré d'entailles. Sur son vendre boursouflé on reconnaissait tracé avec du sang, le symbole depuis longtemps disparu, du clan Kherua.





~ Le temps du renouveau ~

Dans les années qui suivirent, le vagabond vint habiter dans l'ancien domaine Kherua, on dit qu'il était le dernier de la famille, nul ne sait comment il avait survécu au massacre, mais il était là, travaillant sans relâche à la restauration du domaine.
Son identité fut en effet confirmée lorsqu'au retour des beaux jours, les bergers passant aux alentours qui le virent travailler purent voir sur son dos nu, l'immense tatouage du clan Kherua.
Trois ans durant, il œuvra sans relâche, dépensant le moindre kama qu'il avait pour rebâtir les anciens bâtiments. Les habitants de la région suivaient avec curiosité l'avancement des travaux de cet homme, impressionnés par sa détermination, mais désolés par la folie qui semblait l'animer.

Durant l'année 640, les travaux finis, l'homme disparut plusieurs mois, au grand étonnement de la population qui ne comprenait pas qu'un tel acharnement puisse se solder ainsi, par le départ de l'homme. Les curieux allaient et venaient aux alentours du domaine, attendant un signe de vie ou quelque événement qu'ils puissent raconter. Et ils ne furent pas en reste lorsqu'il virent, l'été approchant, celui qu'ils appelaient autrefois le vagabond, revenir en compagnie de deux inconnus.
Il s'enfermèrent plusieurs semaines dans le domaine sans que personne ne sache ce qu'ils y préparaient.

Ce n'est qu'au cœur de l'été, le premier jouiller de l'an 640 que les trois hommes sortirent et installèrent sur le porche à l'entrée du domaine, un grand étendard portant le symbole des Kherua, ainsi qu'un nom : Esnariel.


Tout le monde s'étonna de ces événements pour le moins surprenants, non seulement le renouveau du clan Kherua avait de quoi attirer l'attention, mais ce nom, Esnariel était à la fois curieux et familier.
Tout le monde connaissait le conte d'Esnariel, écrit par un vieil ermite devenu fou et jamais achevé, ses histoires sans queue ni tête parlaient d'aventures dont les plus jeunes raffolaient. Mais était-ce là l'origine véritable de ce nom ?

Les trois hommes habitant le domaine organisèrent peu après un grand repas, promettant des réponses à tout ceux qui en auraient. Et il ne mentirent pas.

Le vagabond prit la parole et s'adressa à chacun des convives :

« Je suis, Yawn, dernier survivant de la famille des Kherua, autrefois massacrée par le clan Nürdel, aujourd'hui disparue. Vous avez été conviés en ce jour pour célébrer la naissance de notre Guilde nommée Esnariel. Je sais que nombre d'entre vous s'interrogent sur l'origine de ce nom.
Et bien oui, c'est bien en l'honneur des contes d'Esnariel que nous avons choisi ce nom. Vous aurez sans doute noté que mon propre nom, Yawn, n'est autre que celui d'un des protagonistes de ces contes.
Vous qui avez été conviés à ce repas, êtes pour moi des gens dignes d'estime, vous avez tous, sans en être forcément conscient oeuvré indirectement à la genèse de cette guilde, et c'est pourquoi aujourd'hui vous êtes invités à vous joindre à nous.
Je souhaite à travers cette guilde, reprendre le mercenariat comme le faisait ma famille il y a quelques années de cela.
Je ne vous mentirai pas, j'ai été un assassin. J'ai étudié auprès de grands maîtres dans l'art du meurtre, et c'est ce qui, paradoxalement me sauva, car j'étais au loin dans les montagnes lors de ce sombre hiver ou ma famille fut décimée.
Mais je suis las de tuer, j'ai désormais, grâce à mes deux amis ici présents, trouvé une rédemption pour moi dans la création de cette guilde au service du peuple. Je souhaite également honorer mes ancêtres en perpétuant tant que possible leur traditions.
Si vous êtes prêts à faire passer l'intérêt de la guilde avant le vôtre, à partager votre pain comme votre bière avec vos compagnons comme si le sang vous liait tel des frères, alors vous êtes les bienvenus parmi nous, la Guilde d'Esnariel. »



~ Tel un phoénix ~
Deux ans durant la guilde fonctionna ainsi, proposant ses services à ceux qui le souhaitaient, et aidant du mieux qu'elle pouvait ceux qui ne possédaient pas de quoi s'offrir les services des mercenaires. Tout semblait fonctionner pour le mieux jusqu'à ce que le roi, inquiet de la puissance des mercenaires face à celle de la garde royale en cas de bataille , décida d'interdire le mercenariat dans les provinces qu'il dirigeait.
Ne sachant que faire, les dirigeant d'Esnariel se rendirent dans de lointaines contrées pour y trouver de nouvelles idées, tandis que les membres de la guilde s'éparpillaient aux quatre vents, chacun reprenant sa vie d’antan ou en commençant une nouvelle, forts de l'aventure humaine qu'ils venaient de vivre .
Une année passa avant que deux des compères ne reviennent, le troisième s'étant manifestement installé dans une contrée lointaine. Le maître de la guilde revint de cet exil avec sa nouvelle compagne, et à eux trois ils s’efforcèrent de faire perdurer la guilde en attendant des temps plus cléments, et se laissant à eux-même le temps de progresser et de devenir de meilleurs combattants.
Sa compagne l'ayant laissé, Yawn disparut quelques mois, laissant à son fidèle ami et bras droit les rennes de la guilde. Celui-ci profita de cette liberté d'action pour investir judicieusement l'argent qu'il leur restait dans différentes améliorations pour le domaine, permettant à la guilde de subvenir à ses propres besoins.
Yawn de son côté rencontra au cours de sa retraite une nouvelle amie qui, trahie par ses anciens compagnons, s'était elle aussi retirée du tumulte des villes pour réfléchir à son devenir.
C'est ainsi qu'il rentra en sa compagnie au domaine et qu'elle les rejoint pour les aider à poser ensemble les fondements d'une nouvelle naissance pour Esnariel qui, comme le phoénix et la Grimbergen, avait semble-t-il, le pouvoir de renaître.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://esnariel.blogspot.com/
 
Histoire du clan Kherua et genèse d'Esnariel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoire du clan Smith
» Histoire du clan : Chosokabe
» L'histoire du clan Malmutant
» Histoire du clan de Greek le borgne
» Histoire du clan: Takeda

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Esnariel :: Hall d'entrée, zone ouverte à toutes et à tous :: Bibliothèque de la Guilde-
Sauter vers: